Notre constat :

  • A Berchem, selon les chiffres de l’Observatoire de la Santé et du Social à Bruxelles, une personne sur 4 vit dans un ménage à faibles revenus. 25% des enfants grandissent dans une famille dont les revenus sont issus de revenus de remplacement. En 2015, ce pourcentage était de 12%, ce qui signifie que la pauvreté infantile a plus que doublé en 4 ans.
  • De plus, la part des familles monoparentales est importante et même supérieure à la moyenne régionale. Un peu plus d’un ménage sur huit est une famille monoparentale et 86 % de ces parents isolés sont des femmes.

Ecolo-Groen défend :

Une commune humaine dans laquelle chaque femme, chaque homme, chaque enfant doit pouvoir manger à sa faim, dormir au chaud et en sécurité et ce, conformément à la dignité humaine. Chacun doit pouvoir bénéficier d’un coup de main lors d’un passage difficile, notamment via l’action du CPAS.

Ecolo-Groen propose :

Pour le CPAS :

  • un fonctionnement transparent et professionnel : la méthode de prise de décision sera explicitée au bénéficiaire ;
  • la mise à disposition de biens et de services collectifs en suffisance (crèches, logements d’urgence, espace public numérique, écoles des devoirs, etc…) et accessibles aux personnes précarisées ;
  • de porter une attention particulière aux familles monoparentales quant à l’accès à l’information et à l’aide sociale ;
  • la mise sur pied d’actions permettant à chacun de se vêtir (ex. bourses aux vêtements),  de manger à sa faim (ex. au-delà de l’épicerie sociale déjà existante, mise à disposition d’un frigo solidaire), de se chauffer (en proposant un audit énergétique et en suggérant des petits travaux permettant de réaliser des économies d’énergie), etc. ;
  • un maximum de soutien aux initiatives citoyennes favorisant l’échange et la solidarité (givebox, donnerie, prêterie, etc …) ;
  • la formation de certains membres du personnel à la langue des signes afin d’améliorer l’accès d’un certain public aux services sociaux ;
  • de favoriser l’insertion socio-professionnelle, notamment via des contrats « articles 60 » valorisant pour le public concerné et offrant de réelles opportunités de réinsertion dans des domaines autres que ceux habituellement proposés ;
  • d’accorder une attention particulière à l’accompagnement des personnes handicapées dans l’obtention de leurs droits et l’introduction de leur dossier ;
  • d’avoir une action proactive dans l’accueil des réfugiés : un accueil respectueux des parcours de chacun, un soutien aux initiatives favorisant la rencontre, un accompagnement dans les écoles pour les enfants primo-arrivants ;
  • dans le secteur plus spécifique des personnes âgées, proposer et promouvoir davantage les alternatives au placement en maison de repos (habitat kangourou, aides à domicile tels que les aides ménagères, les aides familiales, etc…).
Share This