Mesdames et messieurs les conseillers communaux, le nouveau plan régional de mobilité Good Move est soumis à votre avis ce soir pour être définitivement approuvé en deuxième lecture par le gouvernement régional.

Je me permets de mettre en avant et de saluer plusieurs objectifs généraux du plan qui se renforcent les uns des autres et confirment cet impératif de rendre à la fois Bruxelles mobile pour tous et en même temps améliorer nos conditions de vie dans nos quartiers. Ces deux principes auront toute leur chance d’être menés que si tous ensemble nous travaillons à l’intérêt général !

Quels sont ces objectifs que j’ai choisis, ils sont 4 :

  • Proposer des mobilités – j’insiste sur le pluriel – des mobilités qui permettent à tous de se déplacer efficacement, agréablement et en toute sécurité. Une économie monétaire et en temps au sein de chaque ménage peut être réalisée pour le poste des déplacements : bouger d’un point à l’autre de la ville en combinant plusieurs services de mobilité publics et privés et payer en fin de mois en fonction de l’utilisation réelle des services selon la meilleure formule tarifaire.
  • Rénover la ville pour qu’elle soit « de proximité » ou autrement dit pour qu’elle génère le moins de déplacements – qui est un réel surcoût pour nos entreprises. Comment ? Par la densification encore possible de notre tissu urbain là où l’offre en transport en commun est la plus forte et une développer une nouvelle logique des livraisons.

Quand j’appuyais au début de mon intervention que l’effort doit venir de tous, je prends en exemple nos entreprises et nos institutions qui, si elles ne peuvent améliorer une meilleure répartition spatiale de leur déplacement, peuvent en revanche mieux répartir leur mobilité dans le temps. Comme décaler les heures de début et de fin d’activité et éviter que la ville soit bloquée aux heures de pointe.

  • Diminuer le nombre de déplacements motorisés en se reportant vers d’autres moyens de déplacement moins polluants, comme les transports en commun ou partagés, mieux encore, des déplacements dits « actifs ». En particulier, la marche et le vélo encouragent des comportements de mobilité qui impactent positivement la santé physique et mentale. Voilà une perspective à viser pour que le coût des soins de santé de notre société soit diminué dans le futur.
  • Enfin, apaiser nos quartiers, principalement par la maîtrise des trafics motorisés, vise surtout la facilité des déplacements des plus fragiles et à améliorer la sécurité routière de tous. De plus, nous pouvons faire autre chose de nos rues que de simples tuyaux de déplacement, autre chose de nos places que d’entreposer et d’aligner des autos et des camionnettes. Nous devons travailler à adapter notre espace publique commun pour permettre ou y remettre d’autres fonctions : s’y attarder, rencontrer, connaître, jouer et échanger notamment avec ses voisins.

Ce plan régional de Mobilité améliorera certainement la qualité de notre environnement tout en veillant à l’importance sociale, humaine et économique de la Région. Ensemble et sans plus attendre, appliquons sur notre territoire communal ses objectifs qui assurent un meilleur avenir à notre Vivre-Ensemble et surtout à nos enfants.

Thibault Wauthier
Echevin

 

Share This